Le Bio? en asie?

« C’est vrai ?
En Asie aussi vous avez du bio ? »

Des questions qui reviennent souvent dès que l’on évoque l’agriculture biologique asiatique. Et pourtant on peut vous confirmer que cette pratique existe depuis déjà des années ! Une forte progression a même été constatée ces dernières années. En effet, les consommateurs asiatiques prennent de plus en plus conscience des problèmes écologiques et de sécurité alimentaire. Toutefois, il est vrai que le développement de la consommation se voit être ralentie par l’absence de législation sur les produits bio dans un certain nombre de pays.

Un peu d'histoire

En Thaïlande, c’est en 1974, pendant l’époque du Roi Rama 9, que ce projet émerge et voit enfin le jour en 1997.
Son but ? Aider les agriculteurs. Ce projet porte le nom de « La Nouvelle Théorie de l’Agriculture pour la Suffisance Economique et le Développement Durable ».

En 2009, comme dans les pays occidentaux, les produits bio sont devenus un besoin en Asie. En Thaïlande, on souhaite s’élever au même niveau que les standards européens et aujourd’hui, notre standard agriculteur bio y est reconnu.

Logo de Certification d’Agriculture biologique Thaïlandaise – ACT et Logo de Certification d’Agriculture biologique Européenne

Au Japon,

Cette énonciation d’« agriculture biologique » se manifeste au début des années 1970. C’est en 1971 que l’Association d’Agriculture Biologique, aujourd’hui appelée Association Japonaise d’Agriculture Biologique, est lancée. Parallèlement au communiqué par le CODEX Alimentarius sur les impératifs concernant les produits alimentaires biologiques, le Japon adopte en 1999, la loi JAS, concernant l’étiquetage des produits biologiques et des produits biologiques transformés (préparations alimentaires). Cette loi entre en vigueur en avril 2001, et est modifiée en 2005.

En Chine

C’est en Chine que se trouve la plus grande exploitation biologique de l’Asie entière et son marché bio s’élève au même pourcentage qu’en France, soit 7 %, en 2015. Le marché chinois a également atteint la quatrième place mondiale en 2015. Quand bien même, la distribution des produits bio ne provient essentiellement que de la grande distribution, la vente directe se développe (marchés, AMAP,…). Pékin et Shanghai comptent de plus en plus de magasins bio. La transformation de produits bio se développe pour satisfaire le marché domestique. La Chine est aussi le premier producteur de soja et aquacole bio mondial.
Le gouvernement a prévu de développer la formation à l’agriculture biologique. Il existe un réseau de 150 fermes de démonstration bio. 80 gouvernements locaux versent des aides à la certification aux entreprises bio. Quelques gouvernements proposent également des aides à l’investissement pour les fermes bio.